lundi 20 mai 2019

#167 - Une bribe de jeudi

Après une nuit de travail dans la maison-terrier, on sort sur la terrasse avec le petit lapin. La journée commence avec de petits yeux, et un soupir de gratitude. Ca va aller. 

Sur la route, un entretien radiodiffusé avec Tilda Swinton. Et soudain les premiers accords de "The Passenger". Le bouton tourne, la musique monte. Ouvrir grand les poumons pour cracher la fatigue. "I am the passenger, and I ride and I ride... ". La lumière tombe pile sur les cils. Ca va aller. 

Dans la salle des profs, je travaille dos à la fenêtre. Les ombres des arbres secoués par le vent me chatouillent et tintent comme des hochets. C'est étrangement apaisant. Ca va aller. 

Son message qui clignote. Ca va aller. 

Du fond de la salle de classe, j'écoute les élèves débattre, respectueusement, calmement. J'appréhendais un peu ce débat dont l'idée était née dans le bus qui nous ramenait de voyage, la nuit. Qu'ils sont émouvants, même perdus dans leurs grandes phrases et leurs questions improbables, dans leur recherche du mot juste,  de la nuance. Oui, oui, ça va aller. 

Alors quand le soir me défait... 

                                         "I'm the passenger... And I ride and I ride..."

mardi 12 mars 2019

#166 - Une bribe rouge

Mettre du rouge. 
Après le week-end trop court, les questions trop nombreuses, les nuits trop blanches. 
Du rouge. 
Après les doutes, les engluements, les cernes, les pertes et fracas, la fatigue, la peau grise.
Après l'ennui. 
Du rouge sur les épaules et sur les lèvres, du rouge aux joues - rien que du sang et du vent. 
Du rouge au coeur, encoreencoreencoreencoreencore. 
Du rouge dans ses mots qui taquinent. 
Du rouge pour s'accrocher à un relief sur le visage défait par l'hiver. Quitte à ce que ça boutonne, et bien que ça fleurisse. 
Juste sous la pluie et le soleil qui se courent après, minute après minute, un peu de rouge. 
Un peu de rouge ici. 

lundi 11 février 2019

#165 - Une bribe de réappropriation des territoires

A cet endroit là, juste là, ça se tait enfin.
Là, entre la cumbia, Cil et son large sourire, les lumières rouges. Là où ça se met à vibrer à nouveau, enfin, où ça cogne contre la rouille pour retrouver l'amplitude des mouvements. Hanches, épaules, buste. Faire des pieds et des mains, comme ça vient.
A cet endroit, ça se tait enfin, cette peur.
Ça reviendra peut-être demain,je n'y pense pas.
Juste là, n'être plus un lamantin.

#164 - Une bribe de bullshit

Ce matin là, dans la peau d'une étudiante, je fais semblant de prendre des notes. Le stylo vert gribouille "Bullshit", sur tout les tons. Il n'y a, après tout, rien d'autre à écrire. Juste l'encre qui déborde au fur et à mesure que le colère s'étoffe et que le nerf se consume comme un bâton d'encens. Tout pour s'occuper les mains, ronger la rage qui étreint et cracher la pulpe amère du dégoût quelque part, ailleurs que sur les gens. 

Autour, je sens que ça monte aussi. Nous sommes comme des bulles qui frémissent au bord de la casserole. Quelque chose s'agite de plus en plus nettement. Mais nous sommes finalement tous très polis face à la boue insipide qui nous coule sur les oreilles. Chacun encaisse, évite, réfléchit, s'éloigne. 

F. trace un grand beau motif de tâches. Je dessine des vagues pour ne pas en faire. 
Pour arrêter de m'en faire. 
Cette rhétorique en cravate, à la voix doucereuse me terrifie autant qu'elle me met hors de moi. S'accrocher au stylo, aux regards, et attendre que ça passe. 

Ca passera trop vite, de toutes façons. Restera l'abyme de questions et de rage, les jeux d'équilibristes pour ne pas s'y noyer. 

samedi 9 février 2019

#163 - Une bribe de philosophie

"Ouais mais s'tu veux, philosophiquement, Nietzsche c'est quand même au dessus de Baloo." 

Disent deux ados dans le couloir. 

Ca fait sourire. Je pense à la prépa, à Sils Maria. 
Au hashtag "au vol". 
Ca fait partir. Un peu plus légère. 

mardi 5 février 2019

#162 - Une bribe de lamentin

A cet instant surgit la sensation d'être un lamantin vêtu de brocart qui chercherait à se faire passer pour un oiseau de paradis. 
Pardi. 
T'est bête, bête, pardi. Redis-le, allez, ridicule, minuscule, c'est ça que tu te dis. Distraire, défaire le visage, défaire les lanières, et disparaître sous la couette, sous les eaux du parapluie. 

jeudi 24 janvier 2019

#161 - Une bribe de m'attente


"Connais-tu l'herbe amère, le liseron, la plante toute noire et très belle enroulée dans la gorge ?" chante Allain Leprest. Et ça roule comme des billes.